Surprise au confessionnal

Haziran 7, 2021 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Surprise au confessionnal(M. le curé était indisposé lors de la fin de soirée avec une érection dans mon taxi, la suite au confessionnal est fictive mais aussi bandante! Laissez vos commentaires) Surprise au confessionnal. Quelques mois après la petite aventure de M. le curé dans ma voiture de taxi, ne l’ayant jamais revu, je me souviens tout à coup ce qu’il m’avait dit. Revenez vous confessez quand vous voulez “Frère Bernard”!Que voulait-il sous-entendre. Je suis en congé, milieu de semaine, ma femme travaille. Je décide donc d’aller au village voisin… par curiosité ! J’arrive à l’église, y’a personne. Je vérifie les portes, toutes barrées. À coté de la porte principale, il y a une petite boite avec une fente. Il est inscrit “Commentaires””Je retourne à ma voiture et prend un bout de papier et j’écris Taxi du Frère Bernard 555-169-1696. Je vais le déposé dans la boite me sentant tout drôle de faire ça. Je retourne chez moi en me remémorant le Tipi de M. le curé. Je me surprend à bandé. Ayant 20 minutes de route à faire sur la petit route, j’en profite et sors ma queue de mon pantalon. Tout un bandage maintenant. Je fais attention à la conduite, Je me masturbe, quel con, je me dis. Une goutte perle de mon méat. Je revois dans ma tête la goutte de la grosse queue du curé. Je m’astique un peu plus rapidement et vlan…. J’éjacule par saccade sur moi-même. Je me sens honteux. J’essuie rapidement, jette les mouchoirs par la fenêtre et continue ma route.Arrivé chez moi, ma femme arriva de son travail dans l’heure qui suivit. Le repas du soir, nous discutons de tout et de rien. Elle me demande “Qu’as-tu fais aujourd’hui? Rien de spécial, je me suis promené en voiture jusqu’au village. Dix-neuf heure, le téléphone sonne. Ma femme répond. Elle m’interpelle et dit: “Un certain M. le Curé veut te parler, il dit qu’il a ce que tu as besoin.” Pris par surprise je récupère le téléphone. Bonsoir Frère Bernard, j’ai eu votre message! Je bafouille et répond:” Bonsoir, oui, oui…heu. Je peux passer demain? Il me dit:” Demain 14 hr, porte arrière, entrez et rendez-vous au confessionnal, j’y serai.” Heu… oui d’accord. A demain.Je raccroche et ma femme me dit, “Que voulait-il M. Le curé !” J’essai d’inventer une histoire rapide, mais stupide. “M le Curé du village à reçu mon papier d’acte de naissance que j’ai demandé depuis plusieurs mois” Je dois passer demain le chercher. Mon employeur a besoin de cela pour les assurances collectives” “Oui, c’est normal!” me dit-elle. Ouf… un soupir intérieur. Ça a bien passé. Dans quoi je me suis embarqué, je me dis.Le lendemain, je veux cancellé ma confession. Je téléphone, pas de réponse. bahis firmaları Je décide d’y aller et de l’avertir sur place qu’il n’y aura pas de confesse de ma part. Je roule et je réfléchi comment je vais me sortir de cela. Toute sorte de scénario se passe, même celle du retour en taxi de M. le curé. Grrrr…. Je bande encore. Pourtant je préfère les femmes et de loin. J’ai eu cette aventure de jeunesse à mes 15 ans et celle du taxi. Suis-je bi?J’arrive au village, je stationne sur le coté de l’église. Une feuille sur la porte avec mention “Confession de 13 hr à 14 hrs.”Il m’a demandé de venir à 14 hr, je serai donc le dernier. J’entre, je croise une vieille dame… qui me semble familière. Je me rend au confessionnal, personne au alentour. J’entend quelqu’un se racler la gorge venant de la porte de droite. Celle écrite “Prêtre”. J’arrive pour cogner à cette porte et au lieu de ça, j’ouvre la porte de gauche “Pénitent” et entre. Je vais lui dire…. Une chaise et un tabouret pour s’agenouiller. Une boite de papier mouchoir. Les gens pleurent ici, je me dis tout bas. Le grillage s’ouvre.Je ne peux pas voir qui est là. J’entend:” Bonjour Frère Bernard, allez-y je vous écoute.” d’une voix étrange. Invraisemblablement, je commence. À l’âge de 15 ans, moi et mon copain nous nous sommes touché. “Continuez, mon fils” A vrai dire, nous avions trouvé une revue porno de son père dans le sous-sol. Nous avions sortis nos pénis et nous nous sommes masturbé. “L’adolescence, mon fils, vous êtes pardonné, la masturbation n’est pas un péché, ni la découverte, continuez” Bien, nous avons retourné plusieurs fois et nous nous sommes…. hum hum… je racle ma gorge. “Continuez mon fils, d’une vois un peu différente. J’ai sucé mon copain et il a fait aussi la même chose. J’entend un froissement de l’autre coté du grillage. Je me souviens tout à coup à qui je parle, Celui qui m’a sucé dans le Taxi et que j’ai masturbé jusqu’à ce qu’il éjacule.Je m’aperçois que je bande sérieusement. Il me dit tout bas, “continuez avec un peu plus de détail mon fils. “Stupéfait par sa demande, la gène est tombé. Je continue en donnant quelques détails piquants, en même temps sans bruit, je sors ma queue érigé qui a déjà une goutte sur le bout. Je l’étend sur ma tige pour que ça glisse sans bruit.Je continue en lui disant que parfois nous nous mettions queue sur queue pour se frotter, chacun notre tour à masturbé les deux queues. D’une voix tremblante il dit:” Avez-vous partagé votre procréation mutuelle?” Je crois que je l’entend aussi se masturbé de l’autre coté. Je suis vraiment excité par la situation avec ces retours d’adolescence. Je lui dis alors, kaçak iddaa que la plupart du temps nous retenions notre éjaculation pour venir en même temps dans le poil de notre vis-à-vis par saccade et grognement.J’entend de petit soupir étouffer venant de l’autre coté. Je dis: “Ça va?” Il répond avec un hum hum…. oui oui. Je me masturbe plus énergiquement, je ne fais plus attention au bruit que je fais sachant que ça l’excite aussi. Je rajoute” Moi je ne l’ai pas fait mais lui oui. “Quoi? dit-il” J’entend des clapotis et des soupirs de l’autre coté. Je suis certain maintenant qu’il se passe des choses de l’autre coté du grillage. “Parfois juste avant d’éjaculer, mon ami se penchait pour me sucer à fond et je lui envoyais toute ma purée dans la bouche en criant…arrgggh.””Vous aimiez cela?” me dit-il. Pour l’exciter encore plus, croyant savoir a qui je parle, j’ajoute: “Oh que oui, ma femme n’a jamais sucé comme un homme peut le faire.” Je suis moi-même très proche de l’éjaculation, je regarde la boite de mouchoir et je souris. J’entend un déclic, me retourne et la grille disparait. Un trou rond apparut. J’entendis d’une voix tremblante: “Approchez Frère Bernard que j’extirpe le péché de votre corps.”Je compris rapidement de quel péché il voulait. Je me lève, abaisse mon pantalon et passe ma queue et mes couilles par le trou qui semble fait pour ça.Une main prit d’assaut ma queue en la branlant doucement, j’entend…hmmm de l’autre coté avec encore les clapotis. Il me prend à deux mains pour me palper la queue et les couilles. Drôle de façon de me toucher. Une main est plus rugueuse que l’autre.J’ai hâte qu’il me suce, je ne pourrai pas tenir longtemps, je suis trop excité. Je lui dis avec un soupir: “Doucement mon Père.” Les mains s’enlèvent et maintenant une chaleur humide m’embrasse le gland pour prendre le liquide transparent qui sort du méat. Je grogne de bonheur. J’entend les clapotis qui recommencent de l’autre coté, Bizarre masturbation, je l’imagine avec une imitation de bouche en silicone sur sa queue, ce qui imite bien le bruit que j’entend.Il me prend en bouche d’un trait. Doucement il ressort et retourne cogner le fond de sa gorge. J’entend la voix qui dit… “doucement, doucement” Pourquoi il me dit ça….Je ne peux rien faire de doucement, mais j’essai de pousser pour lui donner le plus possible. Le clapotis arrête ainsi que la pipe divine. Il reprend de plus belle, mais cette fois la succion est beaucoup plus forte.J’essai de me concentrer sur autre chose pour endurer ce supplice. Il s’arrête encore et reprend comme la première fois. Tout en douceur. Les clapotis recommence de l’autre coté. Je kaçak bahis sens les deux mains qui me flatte la queue et les couilles.J’annonce en soupirant que je ne pourrai pas durer plus longtemps. La succion s’accélère. J’entend en même temps qu’il me suce à fond “Oh my Lord” sans même s’arrêter de pomper. Je me souviens de la nuit du Taxi et la jouissance explose. La bouche reste bien a fond. Je grogne, je pousse pour fourrer cette bouche en chaleur qui veux me pardonner de mes péchés. J’éjacule beaucoup plus que normalement en plusieurs giclées. Au même moment j’entend mon voisin grogner aussi avec des argh,,, ah…argh et des clapotis qui ressemblent au bruit que mon avaleur fait avec ma queue. Ma queue sursaute avec cette jouissance extrême. La meilleur pipe de ma vie. Il sort, passe sa langue pour nettoyer ma queue, s’arrête deux secondes, reprend ma queue pour retirer la dernière goutte puis j’entend “Amen”. Il s’arrête, reprend de lécher encore ma queue, il le fait tellement bien que l’on dirait une langue de chaque coté mon pénis. Wow… comment fait-il ça.Il reprend ma queue avec sa main et puis une queue vient sur la mienne. La main prend les deux queues et les masturbes comme dans ma jeunesse. Je reste bandé. Mon voisin s’active de plus en plus comme si il pouvait jouir une deuxième fois. Il halète fort de l’autre coté annonçant l’imminence de la venue de mon seigneur. Il me pousse pour que je vois ma queue et sa queue de mon coté, je reconnais bien le Tipi de M. Le curé. Je prend la relève et je nous masturbe queue sur queue. Que de souvenir. J’ai mal à la queue . Il grogne un coup, arrgghhh, et il se met à éjaculer sur moi, dans mon poil, sur mon ventre. Je ne compte pas les giclées mais y’en a beaucoup. Comment fait-il. Après trois ou quatre jets, fantasme me guidant, je me penche rapidement pour recevoir en bouche pour la première fois du sperme divin. Je pompe comme si c’était mon ami et j’avale ce qui ne peuplera jamais cette terre. Il se retire doucement, laissant partir en mémoire ce qui venait de se passer.Je m’essuie avec les mouchoirs et je remballe. De l’autre coté, cela semble plus difficile avec des ricanements. Je me dis que c’est pas facile avec une soutane.Je sors du confessionnal et j’attend moins d’une minute. La porte s’ouvre et je reconnais M. le Curé avec un grand sourire. Il n’est pas SEUL. Un beau jeune homme en soutane à peine plus vieux le suit. M. le curé me dit: “Je vous présente Frère André”.Si vous avez aimé, laissé moi un commentaire ou suggestion d’une suite soft.p.s. La section avec mon ami d’adolescence est vrai. J’ai trouvé ça excitant d’inclure ça dans cette histoire. Récit fait en deux heure, bandé presque tout le temps, j’ai due m’enlevé plusieurs gouttes sur ma queue pour l’apporter à ma bouche. Je sais jamais comment commence ou fini l’histoire mais je sais que ça m’excite d’écrire!

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32