Promotion sur Canapé

Haziran 17, 2021 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Promotion sur CanapéL’affaire fut rondement menée. Je n’ai pas l’habitude de perdre montemps. Il se trouvait qu’allait bientôt recommencer les migrationsestivales. Je devais notamment me coltiner pendant quinze jours la femmeet les marmots. Je goûtais moyennement ce devoir conjugal. Ajoutons àcela que ma maîtresse dans le service m’avait claqué la porte au nez.Pour être précis elle était passée avec armes et bagages chez un chefdessus moi. Ravalant ma rancœur je devais faire bonne figure devant tousceux qui se réjouirent de mon infortune. Sauf Didier.Celui-ci n’y allant pas par quatre chemins me demandait d’intercéderpour une collègue et amie. Il était notoire que tous deux mariésfricotaient ensemble. Cette amie Magalie était indéniablement un desjolis lots de notre service. Elle m’avait un jour gentiment rembarré mesignifiant de son attachement profond à son amant. Loin de m’enoffusquer je pris bien la chose. Je convins que leur liaison pouvaitmériter le respect. Je n’y décelais rien de sordide ni d’une histoire decul. Aussi ne fus-je pas peu étonné que ce Didier vint m’appeler à larescousse.Vraisemblablement Magalie avait du lui parler de ma tentative de drague.Bref Didier me savait bien disposé à l’égard de sa chère Magalie.Celle-ci pour la énième fois se voyait souffler un avancement qu’elleconvoitait depuis longtemps. Elle était à bout et prenait mal la chose.En gros elle envisageait sérieusement de demander sa mutation dans uneautre entité où elle aurait plus de chance. Didier avait peur qu’ellelui échappât à jamais. J’avais le bras long. J’avais notamment l’oreilled’un chef suprême. Celui qui distribue les bons points. Je pouvais toutarranger.Je méprisais un peu cet avorton de Didier. D’humeur noire je concevaismal à présent qu’il ait pu séduire et subjuguer une si belle nana.Celle-ci elle-même me renvoyait au désagrément qu’elle m’avait un jourrefusé . Avais-je le droit de les aider ? Je crus devoir m’échapper parune pirouette. Je soufflais à güvenilir canlı bahis siteleri Didier qu’il m’envoyât sa miss. Je voulaiséprouver son degré de motivation pour la place. Je la reçus. Il faisaitchaud ce jour de juin. Une jupe courte et légère lui seyait bien. L’idéeme traversa qu’elle était autrement mieux gaulée que mon anciennemaîtresse.La Magalie n’en menait guère large. Penaude elle regardait ses piedsqu’elle avait mignons. Un instinct prédateur m’indiquait del’opportunité du moment. Le hasard divin avait amené dans mon antrecette biche. Avec une certaine muflerie je lui rappelais la circonstanceoù elle m’avait refusé un déjeuner ensemble. J’ajoutais sardoniquementque peu de ses collègues avaient dédaigné ce privilège. Je demandaiscyniquement si son ami Didier l’avait à l’époque poussé à ce refus. Elleprotesta que non. Elle dit qu’elle regrettait à présent. Ce déjeunern’avait rien que d’anodin.La fixant droit dans les yeux je lui demandais s’il était vrai qu’ellevoulut demander sa mutation et partir d’ici. Elle me le confirma aveccette fois un air bravache. Elle était manifestement à bout. D’un tonméchant et ironique je demandais : »Ce jusqu »au point de laisser notreami Didier ? » Comprenant l’allusion et soutenant mon regard ellerépondit : « J’en prends le risque. J’ai envie d’autre chose. »Réprimant ma joie intérieure, je fis un quart de tour sur mon fauteuilaffectant de réfléchir. Il me fallait porter l’estocade et poser mesconditions.J’usais de ces termes. « Je crois autant que Didier que je serais tristeque vous partiez. Vous êtes un bon élément. J’ai trop envie de vousgarder. Je peux faire je crois quelque chose. Seriez-vous disposée cettefois à déjeuner avec moi ? » Elle sembla ne pas être surprise de maproposition. Elle l’avait sûrement anticipé. Elle sourit ajoutant : »Jevous l’ai dit tout à l’heure. Je regrette amèrement de vous avoir refusél’autre fois. Donc c’est oui ! » Je rétorquais : « A moins que Didiern’y güvenilir illegal bahis siteleri porte son veto ? » Elle répliqua : « Il sera d’accord. Je vousl’assure. »Au cours de cette conversation, son comportement avait peu à peu évolué.Outre qu’elle m’affrontait davantage du regard, elle avait maintes foiscroisé et décroisé ses cuisses en un jeu peu anodin de séduction. Demême le battement d’une mule au bout du pied me signifiait assez unechose de l’ordre de l’excitation. Ses yeux brillaient. Quelque chosecaractéristique de la garce m’étant si familier. Je vis bien qu’ellen’avait plus rien à voir de l’oie blanche et qu’elle n’avait cure de sonDidier. Bref je pourrais la sauter facilement. Elle savait ce quevoulait dire déjeuner avec moi.Dans une semaine je serais vouée à ma seule femme que je baisaispéniblement car sans entrain. J’aurais sur la plage peu d’occasions dequelques femmes ou gamines vicieuses. Bref le séjour de vacances neserait pas la fête du sexe. Aussi escomptais-je m’en dédommager avant.J’obtins du chef suprême un coup de pouce pour la carrière de Magalie.Celui-ci était un ami. Il comprit en un clin d’œil que j’avais ventd’att****r cette fille. Il savait mon dépit récent avec la précédente.En copains solidaires, il voulut me remettre le pied à l’étrier.Le surlendemain, la petite était à mes côtés dans la voiture. Elle avaitune robe plus courte que l’autre fois. Elle s’était maquillée plus quede raison. Elle avait par trop exagéré. J’eus envie de lui dire : Celafaisait pute. Je m’en gardais et me contentais de lui caresser lacuisse. Elle se laissa faire. Nous en étions à une conversation sur sonamant Didier. J’étais résolu à savoir si elle l’aimait encore. Elle medit sans ambages qu’il la lassait. Elle m’assura qu’elle avait envied’autre chose. A un feu rouge je pus l’embrasser. Sa main me caressa àun endroit particulier.Je ne mégotais jamais sur la qualité d’un restaurant quand il s’agissaitde sauter güvenilir bahis şirketleri une petite. Je n’eus pas de peine à la faire boire. Elle étaittout excitée et me caressait du pied sous la table. Je lui fis observerque nous étions entourés et que cela susciterait du scandale. En outrenous avions plus de vingt ans de différence et que je pourrais être sonpère. Elle rit protestant qu’elle avait été toujours attiré par le styled’homme mur et de pouvoir. Elle regrettait maintenant de ne pas m’avoirdit oui la première fois. Je lui proposais que nous passâmes ensemblel’après-midi.Je me faisais fort de l’excuser auprès de son chef de service. Jedemandais cependant si son amant ne lui ferait pas de scène. Elle me fitcomprendre que celui-ci s’était un peu résigné à cela. N’étais-ce pas unpeu le prix pour qu’elle demeurât encore dans le service. Je m’exclamaisheureux et triomphant : « En gros. Tout le monde y trouve son compte.»Dans la hâte nous ne trouvâmes qu’un hôtel vulgaire en sortird’autoroute. La chambre était sommaire. Nous nous jetâmes l’un surl’autre tels deux morts de faim. Je ne fus pas peu impressionné par safougue.Elle s’accroupit malicieux tel un singe et m’extirpât la bite pour labranler et sucer. Le doute me traversât qu’elle ne suçait pas qu’un mariet Didier. Cette dextérité signalait plutôt la garce et salope férue dece genre de geste avec moults hommes. J’eus du repérer son vice avant.J’eus du réitérer mon offre de restaurant. Je l’eus obtenu à peu deprix. Ce Didier était un sot et cette Magalie, une pute. Elle préféraque je l’entrepris sur le canapé. Elle goûta que je lui léchas la chattepuis les pieds. J’adorais le frais de cette chair. J’en devins fou àpartir de cet instant.A mon âge fort avancé je n’avais autant baisé avec une garce. Je ne saisoù je pus trouver pareille énergie pour recommencer tant de fois. Aupropre elle me vidât les couilles. Riant je m’écriais : Tu veux ma mortou un arrêt cardiaque ? » Encore que je trouvas bon de mourir de lasorte. Il m’importait peu du scandale en résultant pour la femme et lesenfants. Je l’assurais de sa promo. C’était acquis. En retour elle medit qu’elle savait pour ma précédente maîtresse et qu’elle voulait laremplacer si je voulais. Didier accepterait. Nous baisâmes encore auseuil de nos vacances.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32