Un glory hole et une ronde au sauna

Aralık 18, 2020 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Un glory hole et une ronde au saunaJ’ai relaté précédemment un trio dans un sauna de province. Mes déplacements m’ont ramené à nouveau dans cette ville et fort de mon expérience réussie quelques mois plus tôt, je décidais de retourner dans ce sauna libertin. Cette fois, il y avait plus de monde. Quelques hommes seuls profitant du sauna, du hammam, de la salle cinéma et du labyrinthe de petites pièces fermant ou non avec pour certaines glory holes prêts à servir. Un couple mature dont la femme célébrait son anniversaire était accompagné d’une femme. Les deux femmes d’un âge certain assumaient pleinement leurs formes très généreuses que leurs paréos avaient du mal à cacher. Sirotant un soda au comptoir, j’écoutais discrètement leurs plaisanteries salaces et allusions coquines. En fait les deux femmes tentaient de séduire la jeune serveuse plantureuse. Sur le point de céder à leurs avances, elle appela un collègue habitant à proximité pour qu’il la remplace un moment à l’accueil. Quelques minutes plus tard, elle faisait le tour du comptoir pour venir échanger de longs baisers et caresses avec les deux femmes déjà bien échauffées. Les paréos tombèrent rapidement sur les chaises et les trois femmes, debout, se caressaient langoureusement les seins énormes et autres formes rebondies. Elles s’enfermèrent naturellement dans une chambre munie d’un grand matelas et de nombreuses ouvertures sur les parois. La jeune serveuse fut allongée sur le dos par les deux ainées. Pendant que l’une lui massait les seins en les embrassant, l’autre s’était installée entre ses jambes et lui dévorait le sexe avec gourmandise. Les mouvements circulaires de la langue sur le clitoris combinés avec quelques doigts coquins s’immisçant entre les lèvres charnues ainsi que le pelotage et autres succions de ses seins généreux eurent rapidement raison de la jeunette qui exprimait bruyamment son plaisir. Les gémissements eurent tôt fait d’attirer les quelques hommes présents qui se pressaient à mater à travers les glory holes. Arborant une fière érection, je tentais ma chance en glissant mon sexe par l’une des ouvertures. Une petite tape de l’une des protagonistes me fit ressortir précipitamment mais un « pas tout de suite, attend un peu » qui m’était visiblement adressé me redonna du courage et donc fière allure. La jeune serveuse l’air heureuse et comblée tira à elle celle qui lui avait délicieusement léché le sexe pour la basculer et l’allonger à son tour sur le dos. Elle se précipita alors entre ses jambes pour lui rendre la politesse. La troisième femme se leva et vint s’assoir sur le visage de son amie pour lui offrir son sexe dégoulinant à lécher. Les trois femmes étaient seules au monde, les hommes matant à travers les ouvertures n’existaient plus pour elles. La petite chambre n’était plus que gémissements, miaulements et autres expressions sonores de plaisir intense. Entre temps, un autre couple, plus jeune venait de faire son apparition. L’homme déambulait nu suivi de sa femme qui très pudique, maintenait son paréo près du corps. Un passage rapide aux douches et au hammam me permit d’apercevoir de jolis seins et un très beau postérieur rapidement caché. Visiblement, la femme n’était pas une habituée de ce type d’établissement. Elle s’accrochait au bras de son homme en lui chuchotant à l’oreille. Devançant discrètement leur exploration des lieux, j’allais m’installer dans la salle cinéma nu sur ma serviette étalée sur les banquettes. Lorsque la femme passa la tête dans la salle, le film montrait une belle brune en train de sucer deux belles queues. Son regard balaya la salle et s’arrêta sur mon sexe dressé que je caressais nonchalamment. Son mari debout derrière elle se pressa contre son postérieur en lui prenant les seins en coupe en écartant légèrement le paréo qui fini à ses pieds. Elle poussa un petit cri de surprise et se baissa promptement pour le ramasser tout en me regardant. Le sourire que je lui jetais tout en décalottant mon sexe à m’en faire mal ne laissait pas de doutes sur mon appréciation de sa plastique pendant qu’elle se débattait illegal bahis avec son paréo pour le remettre en place. Une fois recouverte elle glissa quelques mots à l’oreille de son compagnon tout en me lançant un regard évocateur. Son mari avait gardé une main sur ses jolies fesses dont l’une restait découverte. Elle se tortilla pour quitter la salle tout en m’adressant un sourire évocateur. Je les vis s’enfermer dans une petite pièce munie d’un large fauteuil surélevé. Sachant que cette pièce minuscule était équipée de glory holes, je m’approchais en me penchant pour tenter d’apercevoir quelque chose. La pièce était sombre et je distinguais à peine leurs formes si ce n’est que la femme était assise sur le fauteuil cuisses bien écartées pendant que son mari commençait un doux cunnilingus. La pièce était à peine plus large que le fauteuil, j’aperçu un sexe masculin sortir d’un trou à l’opposé. Immédiatement, la femme s’en saisit et commença à le masturber tout en profitant des caresses buccales de son homme. Elle se pencha vers la verge tendue sortant du mur pour lui adresser de petits baisers et caresses de la pointe de la langue avant de l’engloutir profondément pour une pipe déchainée. Après quelques minutes de ce traitement, une de ses mains caressait son clitoris pendant que la langue de son mari alternait entre vagin et anus pour la rendre folle. Elle émit de petits cris de plaisir et je la vis tirer son mari vers le haut pour qu’il prenne lui-même en bouche la verge sortant du mur. Elle lui plaquait la tête sur le mur jusqu’à ce qu’il se mette à tousser et recule sa tête brusquement. Un dernier jet de sperme jaillit de la queue dressée sortant du mur pour venir atterrir sur le ventre de la belle. Elle attira son mari pour qu’ils échangent un baiser passionné et la semence de l’heureux inconnu. Après ce moment câlin, l’homme reprit sa position accroupi entre les cuisses de sa femme pour recueillir le nectar qui s’échappait de sa chatte grande ouverte. J’insérais alors mon sexe tendu à travers un des trous de la paroi et tapota discrètement sur le mur pour signaler ma présence. Tout de suite je senti une main douce me couvrir la verge et les doigts fins entamer une lente masturbation. Collé contre le mur, je faisais abstraction de tous mes sens à l’exception de ma bite qui n’était plus qu’un amas de terminaisons nerveuses. Rapidement une bouche vint emprisonner mon gland et je sentais la langue s’enrouler et parcourir mon sexe. Honnêtement, je n’ai aucune idée si c’était l’homme ou la femme qui me suçait. La seule certitude était la douceur et intensité du traitement qui m’était infligé. Je tentais de résister à cette montée brusque d’adrénaline mais, trop rapidement, je senti une décharge dans ma moelle épinière et laissait la bouche accueillante aspirer ma semence que les événements précédents avaient préparé depuis longtemps. Je gouttais avec délice à cette langue et ces lèvres délicieuses qui me pompaient avec conviction en plaquant mon corps sur la paroi les bras écartés et les fesses serrées. Je sentais alors une douce caresse sur mon postérieur accompagné d’un « oh ! Les jolies fesses fermes ! » Et apercevais par-dessus mon épaule les deux femmes aux formes généreuses et la serveuse qui, nues, riant et l’air épanoui, venaient de sortir de leur chambre ou le lit était encore chaud de leurs ébats. L’une d’elles m’adressa un clin d’œil coquin avant de disparaître avec ses complices dans un éclat de rire. Les caresses cessaient sur mon sexe qui se détendait pendant que je le retirais de ce trou magique. Je prenais une longue respiration pour me remettre de mes émotions et partait vers la douche pour me détendre calmement. Dans le couloir, je croisais le mari du couple mature qui s’empressait de prendre ma place dans le glory hole. Nous échangions un sourire complice et je le laissais en lui souhaitant beaucoup de plaisir. Après une douche bienfaitrice, je retournais au bar prendre un verre. Je tombais sur la coquine qui m’avait caressé les fesses et passais derrière elle en lui rendant la politesse. Elle frissonna illegal bahis siteleri et me gratifia d’un merci. Je laissais trainer ma main sur sa hanche et lui glissait à l’oreille que j’adorais les femmes plantureuses très cochonnes. Tout en continuant sa discussion avec son amie, elle m’attrapa le sexe sans autre forme de procès et me retint à ses cotés. Je glissais ma main entre ses fesses et laisser mon doigt suivre cette douce vallée accueillante. Tout en me tournant le dos, elle commença à faire aller et venir doucement sa main sur mon sexe encore mou. Imperceptiblement elle cambra ses reins pour offrir un accès total à mon doigt inquisiteur. Lorsque j’effleurais son anus, elle soupira et je senti sa main se serrer autour de ma queue qui commençait à reprendre forme. Je continuais mon exploration pour glisser entre ses grandes lèvres largement ouverte sur une chatte détrempée, chaude et débordant de cyprine. Je plaquais ma main sur son sexe en gouttant à sa douce chaleur. Je sentais son clitoris durcir sous le bout de mes doigts. J’accentuais la pression sur la pulpe de mon index. Elle se figea et interrompit son amie pour lui dire « excuses moi mais j’ai une envie à satisfaire ! » sur ce elle se retourna et d’un ton mielleux me demanda « Tu viens ? ». Je la poussais gentiment vers le couloir pour m’engouffrer dans la première chambre. Elle me poussa à plat sur le dos sur le lit, ferma la porte à clé et laissa tomber son paréo. Un vrai Botéro, ses seins énormes pesaient lourdement sur son ventre rebondi. Ses hanches larges surplombaient un fessier voluptueux. Son mont de Venus proéminent couvrait un mini ticket de métro d’où émergeait un clitoris gros comme un doigt. Ses lèvres gonflées et lisses s’ouvraient sur les petites lèvres luisantes. Elle attrapa un de ses seins sous son bras pour en titiller le mamelon entre deux doigts. En plantant dans mes yeux un regard mutin, elle me dit « toi tu vas me faire jouir ». De son autre main, elle se planta deux doigts dans la chatte et les ressortis luisants pour les porter à ses lèvres. Elle s’agenouilla au pied du lit et plongea sa bouche ouverte sur ma queue qu’elle engouffra. Bien que chaud, je ne bandais pas encore énormément. Son nez contre mon ventre, je sentais sa langue enrouler autour de mon sexe que je devinais grossir et envahir la bouche vorace. Après quelques instants, elle se décolla de mon sexe pour le serrer à la base d’une main experte en me confiant « j’adore les sentir grossir dans ma bouche ». Elle reprit ses sussions sur mon gland gonflé. Sa langue venait lécher ma queue sur toute sa longueur. Sa main encercla mes couilles avant de venir y déposer de larges coups de langue. Elle poursuivi son exploration en venant lécher mon cul en y enfonçant une langue pointue. Sa main serrait fort ma bite tendue en la tirant vers le haut. Je soulevais le bassin et basculais mes jambes vers le haut pour lui laisser accès à mon cul. « toi aussi tu aimes ça ? » me demanda-t-elle en glissant un doigt coquin sur mon cul. Elle passa ses bras par-dessus mes jambes pour les abaisser tendues. Elle me déroula avec autorité une capote et m’enjamba en vennant se placer à cheval sur ma queue tendue qu’elle ne lâchait plus. Je la regardais avec envie admirant ses seins qui venaient à la rencontre de ma bouche. Je sentais sa douce chaleur enrouler ma queue. Elle se laissa tomber d’un coup ses fesses rebondies sur mes cuisses. Mon pubis, ma queue, mes couilles et l’intérieur de mes cuisses furent envahi d’une chaleur agréable. Elle se liquéfiait sur ma queue tendue que je sentais appuyer au fond de son vagin. Elle se mit à jouir instantanément en contractant avec force son vagin autour de ma queue et poussant un véritable brame de cerf en rut. Je sentais son sexe vibrer autour du mien. Dans une dernière contraction puissante elle soupira et me lança « depuis le temps que les deux gouines me chauffaient, j’avais besoin d’une queue bien dure ». Elle se laissa tomber en avant en écrasant mon visage avec ses seins. Elle se souleva légèrement en secouant ses seins sur ma tête. canlı bahis siteleri J’avais l’impression de recevoir de vraies baffes. En éclatant de rire, elle me demanda « comment aimerais-tu jouir ? » Je la regardais et lui demandais de se placer en levrette. Elle se plaça immédiatement les genoux écartés les fesses tendues vers le haut et plaqua ses épaules sur le matelas. La tête sur le coté elle me fit un clin d’œil en écartant ses fesses à deux mains en me disant « Amuses toi ». Je lui attrapais les hanches et laissait me queue tendue parcourir son sexe. Je sentis sa main att****r ma queue pour la frotter contre son petit trou. Elle se ravisa avec un « Après ! » et plongea ma queue dans sa chatte béante en reculant les hanches d’un coup profond. Encore une fois je sentais son sexe masser le mien. Je cru un instant qu’elle me branlait toujours avec sa main tant les contractions et mouvements étaient puissants. Lorsque je vis ses deux mains sur les fesses écartées pendant qu’elle répétait des « Baise-moi », je réalisais que ses muscles vaginaux me branlaient comme une main. Je lui agrippais les hanches et la pilonnais avec force. La chambre était remplie du bruit de mon ventre venant claquer sur ses fesses, des bruits de sucions de son sexe détrempé et de ses « Ah oui encore ! ». Ne pouvant plus me retenir plus longtemps, je ressortais promptement mon sexe de ce fourreau incandescent resté grand ouvert. La chatte débordait de cyprine. J’y plongeais trois doigts avant de les remonter dégoulinant de jus sur son anus brillant. Elle soupira en écartant ses genoux et s’abaissant en soulevant son bassin par une belle cambrure. Je plongeais ma main jusqu’au pouce dans son vagin avant de la ressortir en l’essuyant sur son cul qui s’ouvrait sous la pression de mes doigts. Sa bouche émit un long « mmmm » avant de me demander tendrement « Met la moi doucement au fond ! ». Je me redressais en guidant mon sexe vers son anus qui se dilatait. J’appuyais avec mon gland sur son anus que je sentis céder d’un coup et venir serrer la base de mon gland. Je m’immobilisais et sentais qu’elle relâchait la pression avant de pousser pour venir s’empaler plus à fond. Je ne bougeais plus et la laissais maîtresse de la pénétration qu’elle ponctuait de nombreux arrêts sans jamais aller en arrière. Je sentais son cul aspirer ma queue avec des pressions successives. Je vis mon sexe disparaître entre ses fesses l’entendis pousser un grand soupir lorsque son cul vint à la rencontre de son ventre. Elle ne bougeait plus. Je pris l’initiative des mouvements en ressortant lentement ma queue. Dés qu’elle accompagna le mouvement, je replongeais sèchement en elle. Je recommençais la manœuvre avec un peu plus d’amplitude et marquant une pause à chaque pénétration profonde. Après quelques aller et retours, je me mis à la pilonner avec force. Elle éructait des sons rauques pendant que je lui défonçais le cul. N’y tenant plus, je ressortais de son cul béant, la retournais rapidement sur le dos. Arrachait le préservatif d’une main en mettant à cheval sur son ventre. Elle m’attrapa la queue tendue et dirigea les nombreux jets sur sa poitrine et son visage. Elle recueillit les trainées de sperme avec les doigts pour les porter à sa bouche. Je m’allongeai sur elle et mélangeai nos salives et mon sperme dans un baiser sinon passionné, complice. Pendant que nous reprenions notre souffle, nous entendions la jeune femme au glory hole exprimer sa jouissance avec des « ah oui mon chéri », « continu » et autres « c’est bon ». Un long cri vint conclure cet exercice d’expression orale. En nouant son paréo autour de la taille ma partenaire me confia « Bien elle en fait du bruit la petite jeune ! ». Je lui tapais sur les fesses en lui disant « Tu peux parler ! ». Nous éclatâmes de rire en nous dirigeant vers le bar ou son mari l’attendait. Il me confia « Tu avais raison elle suce drôlement bien la petite ». Nous éclatâmes de rire en la voyant apparaître en rougissant dans la salle. Elle le regarda et lança « Merci mais tout le plaisir était pour moi ». Sa séance dans le glory hole l’avait transformé. Elle s’assit sur un tabouret de bar en laissant son paréo tomber pour découvrir un corps magnifique bien que menu à coté des deux matures et de la serveuse qui elles aussi étaient nues. Nous fîmes connaissance.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32