Mon voisin, M. C*** (3)

Haziran 8, 2021 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Mon voisin, M. C*** (3)A partir de ce jour, et pendant plusieurs semaines, M. C*** me baisa au moins une fois par jour, sauf le weekend, moment où j’étais coincé avec ma mère et où lui recevait la visite de ses deux fils. Comme il était au chômage, il avait beaucoup de temps pour lui en semaine et moi, je finissais souvent tôt, l’après-midi car j’étais en filière littéraire.Dans les premiers temps, la queue de mon voisin me faisait mal quand elle me ramonait sans préliminaire. Cependant, après une semaine environ, mon trou a commencé à s’habituer et je ne ressentais plus aucune douleur, juste du bonheur ! Quand j’étais à quatre pattes, j’adorais sentir les couilles de mon amant claquer contre mes cuisses. Je prenais mon pied grâce à ses mains puissantes, qui m’agrippaient tantôt par les hanches, tantôt par les cheveux. Parfois, M. C*** me passait un bras autour du coup et m’étranglait un peu pour faire monter mon plaisir. D’autres fois, il se contentait de me baiser la bouche et jutait abondamment sur ma langue ou sur mon visage.Les semaines passant, il me traitait de plus en plus comme sa pute. Quand je venais chez lui, il m’embrassait à pleine bouche puis me giflait en me demandant : « t’as été sage aujourd’hui, mon vide-couille ? » ou « t’es revenu voir ton mâle, p’tit pédé ? ». Parfois, il vidait sa salive dans ma bouche puis me disait : « t’inquiètes, tu vas avoir plus de jus, p’tite pute ! ». Surtout, quand il me limait, il lui arrivait de chanter des chansons paillardes, comme « Sur le pont de Saint-Martin », qui revenait souvent dans sa bouche…Au début, je me sentais décontenancé par cette attitude. J’éprouvais en effet de la tendresse pour lui et je recherchais sa chaleur mâle et paternelle. Je me suis néanmoins rapidement habitué à ce traitement et, le soir dans mon lit, il m’arriva bientôt de me branler en me repassant dans la tête les « tout doucement, tout doucement… » de mon voisin. J’étais devenu accro à canlı bahis son sperme et à son odeur, même si je continuais à regretter qu’il boive autant. Je crois même que je tombais amoureux…Un weekend, ma mère s’est absentée pour un séminaire avec son travail. Quand je l’ai su, j’ai tout de suite prévenu M. C*** dans l’espoir qu’il me permettrait de passer au moins une journée avec lui. A mon grand plaisir, c’est ce qu’il a fait, en m’invitant à venir chez lui le samedi. Mais j’ai été très surpris par le regard qu’il m’a alors jeté ainsi que par ses mots énigmatiques : « je te préparerai une petite surprise ».Le samedi, j’ai donc débarqué chez mon voisin vers 10h. Mais, lorsque j’ai frappé à sa porte, j’ai effectivement eu une surprise ! De fait, ce n’est pas lui qui est venu m’ouvrir mais l’un de ses fils, Alex. En le voyant, ma mine s’est décomposée et je me suis mis à bégayer. Je le connaissais un peu et c’était un gros débile. Il m’avait déjà traité plusieurs fois de tarlouzes et avait une réputation de cogneur à l’école. Et là, il était en caleçon et en t-shirt devant moi, la mine interrogatrice…Déstabilisé, je me suis contenté de bredouiller : « ton père m’a demandé de passer… ». Sur ce, il m’a ouvert la porte pour que je rentre. Évidemment, j’hésitai mais rebrousser chemin aurait paru encore plus suspect. A peine entré, j’entendis la voix de Teddy, l’autre fils de M. C***, brailler : « c’est quiiii ? ». Sur ce, Alex répondit, l’air espiègle : « seulement la pute de papa ! ».Cette déclaration acheva de me déstabiliser. Devenu blanc comme un linge, je m’attendais à être passé à tabac et mon regard commença à s’embuer. Au bout de quelques longues secondes, Teddy arriva à son tour, vêtu d’un simple caleçon.Teddy : C’est pas gentil de parler comme ça de notre gentil voisin, frérot !Alex : C’est vrai… Papa nous a dit que tu prenais bien soin de lui ? Moi : Je fais ce que je peux, bredouillais-je.Teddy : Aujourd’hui Papa bahis siteleri ne sera pas là. Il passe la journée avec notre mère…Alex : Ouais, il essaie de la reconquérir… Encore une fois…Teddy : Du coup, il nous a demandé de te montrer combien on est reconnaissants que tu t’occupes de lui dans ces moments difficiles !En même temps qu’il disait cela, Alex enleva son t-shirt, laissant ainsi apparaître des abdos parfaitement dessinés. A cet instant, je ne pus m’empêcher de penser que ce gros naze avait beau avoir toujours été nul à l’école, il avait au moins profité de son temps libre pour sculpter son corps.Probablement conditionné par mes séances avec M. C***, je me mis immédiatement à genoux devant ses fils, ce qui fit éclater de rire Alex. « Papa avait raison, t’es rien qu’une petite chienne ! » Cela ne l’empêcha pas de dégainer son chibre et de me le fourrer dans la bouche. Plus timide, Teddy resta quelques minutes en retrait mais la bosse qui apparaissait sous son slip prouvait que la situation l’excitait tout autant que son frère. Je décidai donc de faire quelques pas en sa direction et de passer ma langue sur son slip. Je libérai ensuite délicatement sa queue et la prenais goulument dans ma bouche. Puis, Teddy agrippa mes cheveux pour régler mes mouvements de bouche à sa convenance. Pendant ce temps, Alex se branlait tout en me pelotant les fesses. Il commença ensuite à me doigter l’anus d’une manière beaucoup plus brouillonne que celle de son père. De temps en temps, je sentais sa salive couler sur ma raie et sa main venir chercher l’humidité pour mieux violer mon intimité.Après plusieurs minutes de ce traitement, Alex déclara : « on va te baiser, sale pédé ».Les deux frères me tirèrent alors vers leur chambre, où deux matelas étaient étalés sur le sol. A en croire l’odeur fauve qui régnait dans la pièce, c’est là qu’ils avaient passé la nuit et ils avaient omis d’aérer la pièce en se levant…De nouveau à genoux, bahis şirketleri je pompais goulument les deux fils de mon amant, passant d’une queue à l’autre avec ma langue ou prenant les deux engins en même temps dans ma bouche. Alex et Teddy étaient moins bien montés que leur père, mais leurs bites étaient de tailles tout à fait respectables (17-18 cm, je dirais). Les deux garçons avaient par ailleurs des corps beaucoup mieux dessinés que leur père, chez qui l’alcool et l’âge avaient fait des ravages. Je profitais donc à fond du moment, même si mon cœur restait attaché à l’image de M. C***.Après quelques instants, Alex revint se positionner derrière moi et commença à me titiller la rondelle avec son gland. Je me plaçais alors à quatre pattes, sans pour autant oublier de prendre soin de la bite et des couilles de Teddy. Alex exerça ensuite une pression à l’entrée de mon trou et entra progressivement à l’intérieur, non sans lâcher quelques « putain c’est trop bon ! ». Face à ce spectacle, Teddy ne put s’empêcher d’encourager son frère d’un « vas-y frérot, défonce-la bien cette pédale ! ».De mon côté, le plaisir ne cessait de monter. C’était la première fois que je ressentais la jouissance d’être à la fois rempli par le cul et par la gorge ! Bien éduqué par leur père, je n’avais aucun haut le cœur et ne ressentais pas la moindre douleur. Je prenais littéralement mon pied de l’intérieur et les gouttes de mouille qui suintaient de mon gland le prouvaient.Au bout de quelques minutes, Teddy, qui semblait moins expérimenté que son frère aîné, gicla dans ma bouche en lâchant un long râle. Quand il eut fini, son frère le félicita d’une petite tape sur l’épaule. Puis, ce dernier m’ordonna de me retourner et de me mettre sur le dos. Il me dit ensuite de me branler et demanda à son frère de me pincer les têtons tandis que je reprenais sa bite molle en bouche. Alex m’encula alors à nouveau et me lima jusqu’à exploser dans mes entrailles, ce qui me fit jouir par ricochet.Après cela, les deux frères se couchèrent de chaque côté de moi? Une fois qu’il eut repris son souffle, Teddy me glissa à l’oreille : « ce n’est que le début du weekend, p’tite pute ! ».

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32