Mon premier baiseur

Mayıs 20, 2022 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Big Balls

Mon premier baiseurJe ne suis pas comme tout le monde et depuis tout jeune très diffèrent. J’ai toujours été un très beau garçon aux traits fins, les yeux verts, la peau légèrement bronzée et les cheveux châtains. Déjà tout petit, j’adorais porter des robes, des collants, mettre les voiles en cachette, de ma mère ou de ma sœur, sur mes cheveux et je me disais être une fille (dans un corps de garçon). J’observais de plus en plus les hommes, j’adorais déjà voir leurs corps dans la rue, à la plage, à la piscine… que des fantasmes.J’ai aujourd’hui 34 ans et encore toute la vie devant moi et tellement de choses à découvrir !A l’âge de dix-sept ans, j’ai connu ma toute première expérience. Je revenais à pied de chez une amie et marchais le long de la rivière (Bouregrag) de ma ville Rabat. Je flânais, respirais, j’étais dans mon monde tout rose et j’observais les quelques personnes que je pouvais croiser. Un homme français me salua, je répondis d’un simple sourire. Et quelques minutes plus tard, je remarquais alors qu’il marchait sur mes pas. Me suivait-il ? J’étais presque chez moi, alors j’entrai dans le porche voisin de ma résidence et attendis, assis dans l’escalier, le cœur palpitant comme jamais. Il entra à son tour et engagea la conversation kaçak iddaa :- Bonjour, moi c’est Paul et toi ?- Moi, c’est secret. – Ah ok, répondit-il, avec un large sourire.J’étais vraiment tendu et stressé même si, au fond de moi, j’étais content qu’on me parle.- Cela te dirait de marcher à mes côtés et papoter ?Que répondre ? Oui ou non ? Il avait l’air sympa et confiant. Je me sentis perdu.- Ok, mais pas ici, je n’habite pas loin et voilà quoi.- Si tu veux, je te récupère en voiture dans 5 minutes, au bout de la rue.- Ok.Il me fit encore un grand sourire. J’étais entre la fuite et la tentation de parler à un inconnu. Les cinq minutes passèrent trop vite et j’étais là, attendant au bout de la rue, au bord de la crise cardiaque. Sa voiture noire (je m’en souviens encore d’une belle voiture noire) s’arrêta et ma vie allait en ce jour prendre une nouvelle tournure. Il roulait sans but précis, on discutait surtout de moi, il m’avoua qu’il me trouvait charmant et sympa. Puis, il me proposa de venir chez lui boire un coca, j’acceptai. Il vivait dans un duplex au quartier Agdal. Sa femme était en voyage dans le sud du Maroc, avec ses parents. De fil en aiguille, on en arriva au mot « sexe ». Rien pour moi, je confessai être différent, illegal bahis d’aimer les garçons qui aiment les filles. Il souriait beaucoup et rigolait quand je lui donnais ces détails de ma vie. Jusqu’au moment où, reprenant son sérieux, il me demanda si j’acceptai de l’embrasser juste une fois. D’un hochement de tête, il comprit et m’embrassa fougueusement. J’étais abasourdi et il me proposa d’être mon premier amant, dans le plus grand secret et respect.- Tu veux sucer mon zob ? Me dit-il.J’avais tant rêvé d’avoir un zob dans ma bouche et cela allait enfin se produire. J’étais assis sur le canapé, il se mit debout face à moi et sortit son sexe déjà en érection. Heureusement que j’avais vu plein de films pornos. Je le suçais avec stress et passion, sa bite était très fine et pas très longue, une dizaine de centimètres à peine mais très douce. Je sentais bien qu’il était satisfait, il vibrait et son souffle avait changé. Au bout de quelques minutes, il me demanda d’enlever mes habits et il alla chercher un préservatif et un flacon de lubrifiant.Je me souviendrais longtemps de ce moment…Assis sur le canapé, les jambes écartées, la bite toute dure, il me demanda de venir m’asseoir sur lui. J’avais peur mais l’envie était telle que rien bahis siteleri ne pouvait me faire reculer. Son zob touchait, frôlait mon entre fesse pendant qu’il m’embrassait et malaxait mes fesses de ses douces mains. Il enfila le préservatif et l’enduit de lubrifiant. D’une main, il guida son zob vers mon entrée et s’inséra tout doucement. J’avais très chaud et une douleur intense me fit pousser un long gémissement. Il posa ma tête contre son épaule et fit des petits vas et viens en moi. Je ne pouvais m’empêcher de gémir. Pendant deux ou trois minutes, le rythme était soutenu et j’ai senti la déchirure lorsqu’il entra tout son zob et non juste le gland et qu’il me retenait contre son corps pour mieux me pénétrer de toute sa force. Mes gémissements étaient de plus en plus forts et je vibrais de part la douleur et le bonheur. Rapidement, il s’arrêta, me disant avoir éjaculé. J’étais allongé sur le ventre, lui dans la salle de bain, me disant qu’enfin, j’étais devenu une vraie « fille », que je n’étais plus vierge.Sur le chemin de retour, on discuta, il me déposa près de chez moi. Il voulait me revoir vite et souvent. Mais moi, dans ma tête, je préférais en rester là. Je voulais à présent tester avec quelqu’un d’autre. J’avais quelques gouttes de sang dans mon slip, me rappelant que c’était bon. Une bonne douche, un bon repas, je fermais ensuite les yeux en pensant à qui j’étais : « Un garçon/fille qui aimait les garçons qui aiment les filles ».

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32