Mes exhibitions en Espagne et au Portugal

Haziran 17, 2021 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blowjob

Mes exhibitions en Espagne et au PortugalJ’en ai fait un théorème : tout résident en vis-à-vis de chambres d’hôtel a toutes les chances d’être voyeur ou exhibitionniste… ou, le plus souvent, les deux. J’en ai fait l’expérience.J’ai beaucoup voyagé et pris l’habitude, en prenant possession de ma chambre, d’ouvrir rideaux et fenêtres – quand il fait chaud – et de me promener à poil dans ma chambre. Et d’observer ce qu’il y avait en face. En ma qualité d’observateur, j’ai vu beaucoup de choses, surtout le matin et le soir. Le matin, vous surprenez beaucoup de filles qui ouvrent leurs rideaux et leurs volets entièrement nues. Je ne les compte plus ces nymphes d’un instant ou plus car, souvent, elles se baladaient à poil dans leur appartement, passaient et repassaient devant les fenêtres. Le soir aussi. J’ai fait les pays scandinaves et, en Finlande, où j’étais resté trois jours dans le même hôtel de Tampere, il y avait une jolie jeune fille dans un appartement en face de ma chambre, qui, dès qu’elle rentrait, se déshabillait et jouait avec un chaton pendant de longues minutes, allongée sur un lit ou un sofa, près de sa fenêtre. Ses petits seins étaient à ravir.Tout cela est véridique, contrairement à beaucoup d’histoires ici peut-être plus excitantes mais totalement inventées. Moi, c’est du vécu.Côté exhibition, j’ai deux ou trois bons souvenirs en tête. En Espagne, tout d’abord, à Saragosse. Nous étions en mai et il faisait chaud. Comme d’habitude, je choisis un petit hôtel de famille, en pleine ville, dans une rue pas très large comme c’est souvent le cas dans les pays brûlés par le soleil. Ma chambre se situait au deuxième étage, côté rue, face à un immeuble bahis firmaları d’habitation tout proche, à 5 ou 6 mètres à peine. Comme d’habitude aussi, je me suis mis totalement à poil à peine la porte refermée. Je vais ouvrir la fenêtre et là, je vois, en face, une femme d’un certain âge déjà mais encore bien faite de sa personne, qui s’affairait dans sa cuisine, en contrebas au deuxième étage. Quand j’ai ouvert la fenêtre, cela a dû faire suffisamment de bruit pour qu’elle lève la tête. Et alors, là, a commencé l’exhibition peut-être la plus suave de ma carrière d’exhibitionniste.Sur son visage, la surprise a très rapidement fait place à un sourire. J’ai répondu à son sourire et me suis avancé pour qu’elle voit bien ma bite qui était en pleine et totale érection, avec un gros gland superbe et provocateur. J’ai commencé à me branler. Elle, elle fixait mon zob – qu’elle distinguait très bien, j’en suis certain – nullement apeurée mais s’essuyant les mains sur son tablier, nerveusement. Elle connaissait le loup et devait beaucoup aimer ça !Pendant que je me paluchais, elle hochait parfois la tête pour manifester son contentement et elle alla même jusqu’à me faire ce signe de la main qui consiste en un va et vient rapide du haut vers le bas et signifie qu’on est bluffé ! Quand j’ai éjaculé, violemment, et comme j’étais de profil pour qu’elle puisse juger de la taille de ma bite, mon sperme alla éclabousser la vitre avant d’arroser le sol. Elle, elle tenait sa main devant la bouche, comme pour retenir un cri de surprise. Alors, comme pour me remercier, elle ouvrit son corsage blanc, laissa apparaître un soutien-gorge, blanc également mais plutôt pigeonnant et kaçak iddaa en fit jaillir un sein puis l’autre. Je lui lançai un baiser, lui fit un signe de la main. Tandis que je refermai la fenêtre, je la vis qui battait des mains et sautillait sur place. Cela devait faire longtemps qu’elle n’avait pas vue une queue. Mais je lui avais fait plaisir ; elle m’avait fait plaisir. Que désirer de plus ?Quelques années plus tard, c’est au Portugal, à Lisbonne, que j’ai vécu aussi un moment sympa que je vais vous raconter. A peu près dans les mêmes conditions, à la différence près que cela se passait avec l’appartement qui faisait face, à quelques mètres à peine, de ma chambre, légèrement sur la droite de ma fenêtre. J’étais à poil après une matinée de travail et j’étais à la fenêtre en train de caresser doucement ma queue. En face de moi, il y avait un grand balcon sur lequel donnait une grande baie vitrée dont le volet roulant était baissé pour conserver la fraîcheur, mais pas entièrement, les interstices entre les lattes d’alu laissant passer la lumière. Sur la droite du balcon, à un mètre ou deux, une petite fenêtre en hauteur, sans doute celle d’une salle de bain. Nous étions au troisième étage et tous étaient disposés de la même façon dans ce bâtiment.J’ai fini pas remarquer qu’il y avait quelqu’un dans ce que je prenais pour une salle de bains car je voyais le haut d’une tête de femme – vu la coiffure en chignon – passer et repasser devant la petite fenêtre. A un moment, cette personne jeta un coup d’œil dehors et elle me vit ! La tête disparut aussitôt. Et ne reparut plus…Qu’était-elle en train de faire ? Où était-elle ? Au bout d’un moment, je repris ma branlette kaçak bahis ininterrompue. Tranquillement. Ma bite grossissait bien. Mon gland particulièrement bien dessiné. Que c’était bon !Mon regard finit par revenir vers cet appartement, en face. Toujours personne à la petite fenêtre. Par contre, mais oui, il y avait quelqu’un derrière la baie vitrée : je voyais très nettement son ombre à travers les espaces entre les lattes. C’était elle et elle me matait, la salope ! Ce devait être la femme de ménage. Elle allait voir ce que c’est qu’un mec qui se branle et qui jouit.Je me suis assis de profil sur le bord de la fenêtre et j’ai accéléré ma masturbation. Je bandais à mort. A un moment, je me suis branlé à deux mains et ma bite dépassait encore ! J’étais en sueur et je voyais que ça bougeait derrière le volet. Et puis ce dernier s’est lui-même mis en mouvement. Il a commencé à monter. Que devais-je faire ? Me sauver ou rester bien en vue ? Le volet montait lentement. Découvrant des mollets, des genoux, des cuisses girondes et… un sexe bien poilu ! Et il s’est arrêté là ! Il fallait rester, mon vieux : on en veut à ta bite !J’étais tellement sidéré que j’en avais cessé de me branler mais ma bite n’avait pas besoin de ça pour se coller à mon ventre. En face, une main est venue se coller contre ce sexe de femme et l’a caressé. Les doigts entrèrent directement et profondément dans la fente. Elle mouillait la garce !J’ai alors craché la purée. Violemment. J’en ai mis partout et plusieurs grosses gouttes de sperme projetées à un mètre de moi, sont tombées dans la ruelle ! C’était tellement bon que j’en ai vacillé. Et ai dû me rasseoir. J’étais vidé !Lorsque je suis un peu revenu à moi, le volet roulant retombait puis une tête aux yeux rieurs apparut à la petite fenêtre… qui se referma. Il n’y a pas mieux qu’une bonne branlette. Avec un voyeur ou une voyeuse. Franchement…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32