L’anniversaire de maman

Aralık 11, 2021 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

L’anniversaire de mamanCa a commence peu de temps après le décès de mon père. Ma mère et moi nous nous sommes rapprochés, vivant seuls loin de la famille. Je l’aidais aux taches ménagères, mettre la table, ranger le lave-vaisselle, l’aider a ranger les commissions. Tant bien que mal la vie reprenait. Ma mère le soir corrigeait ses cahiers et moi j’avais récupéré le PC de papa qui était dans son labo photos. En regardant comme ça dans le labo je suis tombe sur des CD. Et là ce fut une grande découverte pour moi, il n’y avait que des photos de cul…dans le quart d heure qui suivit j’en avais mis plein mon caleçon, c’était la première fois que je jutais c’était géant… Je compulsais avec frénésie les 3 autres CD, et à l’avant dernier ce fut le choc. Ce n’était plus des photos du net que je voyais en plein écran, mais maman dans des poses qui n’avaient rien a envier aux photo de cul du Web… Et,surprise… je me suis mis a bander comme un âne, j’ai sorti ma queue et… deuxième bénédiction!A dater de ce jour là je vis ma mère non plus en tant que maman mais en tant que femme qui devait aimer la bite comme toutes les salopes du Web. Elle devint mon obsession je continuai à être gentil avec elle mais plus pour les même raisons. Un jour elle me demanda si je voulais faire les soldes avec elle, sans hésiter une seconde je lui dis oui.Une femme dans un magasin de vêtements, ça reprend vite goût a la vie,ce fut rapidement :« Tiens regardes, qu’en penses tu..Et ça tu ne trouves pas que c’est mieux… »Arrivés a la maison, j’avais le droit a une nouvelle séance d’essayage. Ce qui ne me déplaisait absolument pas. Cette complicité entre nous ne faisait qu’accentuer les fantasmes que j’avais pour elle. Tous les soirs je faisais des nuages d’amour dans mes draps en pensant à maman. J’avais déjà explorer sa garde robe et ses vêtement sexy ne faisaient qu’accroître l’intérêt que j’avais pour elle.Je ne savais spas comment faire mais je n’avais qu’une envie, je voulais la voire vêtue en femme BCBG avec des sous-vêtements sexy…Je réfléchis longuement et me vint l’idée de lui acheter pour son anniversaire une parure de sous vêtement ainsi qu’une robe…Le jour fatidique arriva, d’une part je languissais ce jour et d’autre part je l’appréhendais, j’avais peur…Le matin je la réveillai en lui apportant du café au lit, je lui souhaitai un bon anniversaire. Je ne me montrais pas trop insistant car la disparition de papa était, dans un moment comme celui-ci, encore très présente. Je parlais rapidement de choses et d’autres afin de sortir de ce souvenir, ça faisait déjà sept mois…Peu de temps après nous primes notre petit déjeuner et comme c’était samedi je me lavais rapidement pris mon vélo et filais à l’entraînement de karaté.Trois heures plus tard je revins à la maison.Maman était levée et habillée,évidement elle était loin de porter une tenue telle que je pouvais la rêver dans mes fantasmes. Elle avait un pantalon sympa et un espèce de polo, elle s’était néanmoins maquillée.Elle: « c’est toi mon chéri? »Ca ne pouvait être que moi!Elle : « Tu vas prendre ton bain mais ne traîne pas trop car sinon ce sera trop cuit »Maman, comme pour chaque anniversaire,avait fait un petit repas. Dans mon bain, je réfléchissais : « je donne, je donne pas.. qu’est ce qu’elle va dire? »J’avais la frousse!« oh et puis zut! de tout manière.. je ne risque pas grand-chose. »Je sortis de la baignoire me sécha rapidement et enfila un jogging de toile légère et un sweet-shirt.J’extirpai de ma cachette les deux cadeaux, et descendis au séjour salon.Maman était assise dans le fauteuil en train de lire je ne sais quel roman. Je me plaçais devant elle et dit : « Tiens bon anniversaire maman.. »elle se leva dit merci elle déchira le papier cadeau,ouvrit la boite, elle sorti la robe, laissa tomber la boite par terre, et suspendit la robe.« Oh merci mon chéri, tu as remarqué que je l’autre fois j’avais failli craquer pour elle! »puis je lui tint le second cadeau Elle :« Encore! dis akdeniz escort donc tu me gâtes! »Elle défit de nouveau l’emballage, ouvrit la boite et eut un instant d’hésitation et dit :« Mon chéri, c’est gentil tu sais, mais…mais..tu sais c’est pas le genre de chose que l’on paye à sa maman…mais je te remercie car tu as vraiment bon goût »elle sortit la parure de sous-vêtement et la regarda. Elle vit que j’étais un peu déçu par sa remarqueElle:« Merci,Ne soit pas triste ça me fait vraiment plaisir… tiens je vais aller essayer tout ça… »Elle prit les papiers cadeaux,la robe,les sous-vêtements et disparut du séjour.Un quart d’heure plus tard j’entendis le claquement d’un talon sur la première marche de l’escalier suivi d’un cadencement régulier.Sur le sol carrelé ce bruit sec et métallique m’enivrait à moitié.Elle apparut dans l’embrasure de la porte du salon.Je ne savais pas comment demander si tout allait bien puis je me décidai enfin en posant une question suffisamment vague :« Ca te va? »Je n’avais pas a demande si elle avait mis les sous-vêtements car la robe dont le tissu ressemble à du satin, épousait parfaitement les formes du corps et manifestement l’étoffe se plaisait à se loger entre ses fesses.Le tissu lui moulait la raieelle: parfait, ta femme aura de la chance tu as bon goûtelle : aller on va prendre l’apéromoi: assied toi dans le salon je fias le servicesa robe était assez courte,cinq centimètres au dessus du genouxle fauteuil étant profond, ses genoux étaient plus haut que son bassin. la texture de sa robe a fiat que le tissus glissa sur le nylon des bas et fit apparaître la bande sombre des bas.je me suis assis a cote d’ellele fait de m’assoire a cote d’elle ça a encore accentuer le glissement de sa robeelle a dit : oups! oh là!et elle a remonte sa robej’ia dit : c’est dommage…c’était mignon…elle a dit: taratata! petit canaillou! aller on va passer a tableje l’ia vu partir, je n’ai pu m’empêcher de regarder ses longues jambes gainées dans les bas à coutureensuite on a mangéapres le repaselle dit : tu veux que je mette de la musique?moi: oui…elle: qu’est ce que tu veux…elle: tiens..je mette un de rock… ça va te changer de la techno!quand elle etait + jeune elle faisait de la danse : latine, rock etcelle dit : viens que je te fasse ton éducation! un jeune homme doit savoir danser!elle m’a d’abord appris el rockensuitele tango et le paso-doblece qui m a surtout excite aussi le rocksa robe se soulevait bien!après on a danse des slowpendant le slow elle me dit : dis donc petit canaillou tes mains? elle ne sont pas un peu bas?je ne me collais car j’avais peu qu’elle sente que je bandeapres les slows, elle dit : tu fais un expresso chéri?quand je suis arrive avec mes cafe elle était debout de dos en train de remettre ses bas correctement et remettre ses jarretelleselle rabaissa rapidement sa robe quand elle me vit et dit : c’est joli mais c’est moins pratiques que des collants!moi j’ai dit : ç’est plus pratique, ça dépend pourquoi!elle: comment ça?moi : a ton avis?elle ; espèce de p’tit cochon!elle: dis donc…tu es vraiment un canaillou toi! n’oublie pas que je suis ta maman…je lui ai donne le café et je me suis assis a cote d’ellede nouveau sa robe a encore glisse dévoilant ses jambeselle allait se réajuster en disant : décidément…moi : attend montre moi comment ça tient…elle : pfuit pfuit! pas question jeune homme, c’est pas de ton age…et comme pour se ratt****r elle dit et tu es mon filset de nouveau elle, se levant d’un bond en rigolant et en faisant semblant de s’enfuir en courant en faisant des pas saccadesmoi sentant que l’ambiance était détendue : attends je vais t’att****r! tu vas voire!puis s’en suit une course poursuite dans la maisonj’ai joue le jeu, si j’avais voulu je l’aurais vite rattrapée mais je trouvais amusement de la voir vouloir m’échapper pour s’extraire de je ne sais quel danger!à la voir courir dans la maison avec ses hauts talons en poussant de s mezitli escort cris de vierges effarouche quand elle sentait que j’allais l’attrapéeelle disait : arrête!arrête!et elle est montée au premier étageelle st allée dans sa chambrea essaye de maintenir sa porte fermée mais en vainelle a cédéet je suis rentré moi : alors qui est ce qui a gagné?elle essoufflée…c’est toi…moi: si..elle: ok… quoi?moi: tu me montres ton porte-jarretelles!elle:..ok…mais c’est tout après…en disant cela, elle devinait que j’aurais pu en vouloir plus… puis elle a soulevé un peu s arobe et j’ai vu les jarretelles qui tenaient ses baset elle a rabaissé sa robe moi: eh j’ai rien vu!! c’est trop rapide!elle: pfuit! tant pis c’est fini!moi : non attends et de nouveau j’ai tente de l’attrapéede nouveau elle poussa des cris de sioux!je l’ai attrapée et l’ai fiat tombée sur le litje me suis mis a califourchon sur elleelle était allongée sur le lit les 2 pieds touchant encore le solje lui tenais les 2 poignetsmoi: alors? tu es prise hein?j’étais hésitant concernant ce que j’allais faire après mais le fait de sentir ce corps chaud entre mes jambes qui gesticulait pour m’échapperça me faisait bander et je me disais : « c’est maintenant ou jamais »implicitement, elle avait accepte le risque de se faire prendre puisqu’elle avait jouéet les conséquences elle les avait certainement imaginées…moi :alors tu a perdu… tu me dois le gage…je t’ai dis d eme montrer le porte-jarretelles, ça voulait dire le porte-jarretelles complet…elle: ok…mais..tu ne le dis a personne..même pas à tes meilleurs copains..en disant cela il s’instaurer une complicité tacite entre nous…je me suis dégagé d’elle elle resta quelques instant encore allongée, elle soupirait reprenant sa respiration…elle: espèce de sale garnement…t’ as pas honte de demander ça…tu es…tu es encore jeune, jeune- hommeet elle rajouta de nouveau que j’étais son filsça faisait la deuxième fois qu’elle prétextait que j’étais trop jeunemoi : aller chose promise…et elle se levaelle alla devant son miroir de sa commode pour remettre sa coiffure en place,je me suis levé et pris la chaise qui était devant la commode et m’assis dessusj’étais à 50cm d’ellepuis elle leva sa robemais elle ne la leva pas rapidementelle la leva tout doucementet s’arrêta juste avant que je puisse entrevoir sa culotteelle dit : voila jeune homme… ça te…elle s’interrompit elle allait dire ça te plait? elle continua par tu es satisfait?elle s’interdisait de demander si son fils prenait du plaisir a mater sa mèremoi: oui…mais tu n’as pas satisfait le gage…moi : c’était quoi le gage? elle: que je te montre le porte-jarretellesmoi: et la qu’est ce que tu me montres? elle:…moi : les jarretelles…uniquement! tu dois monter plus haut…beaucoup plus…elle: espèce de p’tit..salaud…moi: alors…elle:…tu me promets de ne le dire a personne…tu le jures?moi : promis juréet elle a continué a lever sa robeje regarde sa robe se hisser et je regardais son visageelle me regardait droit dans les yeux sans honte aucunej’en revenais pas!la je me suis dit:…il faut continuer..il faut battre le fer quand il es t chaud…elle; voila…moi: pouah…tu es drôlement…bandante…maman…elle etait devant moije voyais toute sa touffe a travers le string blanc transparent. le contraste etait élevé ses poils noirs tranchaient avec le blanc du fin tissu diaphane,je pouvais sentie son odeur, sa peau semblait d’une douceur, ses bas epousait parfaitemtn ses cuisses. Elle tourna lentement sur elle-même,, les petit triangle du string donnait l’impression de s’enfoncer entre ses deux lobes charnus et fermeelle: alors…espèce de p’tit cochon… ça te plait?moi: oui…OUI… tu es plus belle que les femmes sur le net…elle: je peux baisser ma robe?moi : oui…je me suis levé me suis mis devant ellej’ai commence à retirer les boutons du devant de sa robeelle dit : mais…mais..qu’est que tu fais?je ne répondis rienje yenişehir escort lui pris la main pour retirer les boutons de ses poignetspuis elle me donna l’autre poignetet elle se laissa faire et se prêta a ce que je lui retire sa robeelle: mon chéri..tu crois pas…que tu exagères un petit peu…je sentais qu’elle était d’accord pour se donner cette cochonne!j’ai jeté s sa robe sur un fauteuilmoi : quand tu es a la piscine c’est pareil…elle: non… c’est pas pareil…regardes ton pantalon de jogging…je sentais que les tabous étaient tombésmoi : tu es bandante…cochonne…elle, avec un air offusqué: oh! tu n’as pas honte de dire ça a ta maman?je me suis approche d’elle je l’ai regarde dans les yeux elle a soutenu mon regard j’ai pris sa main,j’ai baisse mon jogging et j’ai pose s amain sur ma queueelle: dis donc petit effronté qu’est ce que tu me fais faire…et tout en disant cela elle me caressait la bitemoi: ce que tu meures d’envie de faire espèce de p’tite salope…elle : c’est pas beau de parler comme ça a sa maman… sale gamin…je me suis assi ssur la chaise elle m esuivit tout en tenant ma bite a la mainelle compris qu’elle devait s’assoir sur mes cuisseselle s’assit à califourchon sur mes cuissemes mains parocurait ses jambes le contact du nylon me faisiat bander a mortmes mains passa sous ses cuisses j’avais ses fesses dans chaque mainj’ai passe une bien en desssous j ‘ecarte la ficelle de son stringmon doigt descendait le long de son culquand mon doigt effleura son trou du cul je l’ai sentie frémirj’ai continue a avance et j’ai senti ses poils ils étaient mouillésa peine ai je entre un doigt dans sa chatte j’ai senti une onde de chaleur envahir mon ventre et j’ai juter comme jamais!avec un petit air narquois elle me dit : alors mon chéri on a des petit problèmes?j’ai repose ma tête contre sa poitrineelle me caressa les cheveuxquelques instant après elle dit : attends elle se leva et alla au cabinet de toiletteelle revient avec une serviette éponge et un gant de toilette humideet elle me déshabilla comme quand j’étais petit elle reprenait ses gestes de mèrec’était surréaliste, maman était devant moi en string porte jarretelle, bas gris perle a couture, perchée sur hauts talonselle baissait mon pantalon mon slip je levai un pied puis l’autrej’étais redevenu son filsje me suis retrouve nu comme un verreelle dit : je vais essuyer tout ça…elle m’amena vers le cabinet de toilette et me lavaen disant et en plaisantant ; tu vois que tu étais encore jeune… mon p”tit chéri…je me disais que j’allais avoir le droit de la baiser cette cochonne! de la façon dont c’était parti.elle : voila! tu es tout propre!elle dit viens…mon petit cochon…tu vas voir comment ta maman… elle t’aime fortelle me prit la main… et me guida vers le litje me suis allonge sur le doselle baissa son string le fit glisser le long des ses jambes leva un pied puis l’autre elle se mit a califourchon sur moi de doselle avait garde ses chaussures,son porte jarretelle et ses bas elle se mit a 4 patte et commença a ma lécher le glandj’avais devant moi son cul j’ai pose mes mains sur ses fesses et j’ai commence a les caresserj’écartais ses fesses je voyais son trou du culelle emboucha ma queueelle sorti ma queue et dit: branle moi la chatte mon chéri…il n’a pas fallut me le répéter 2 fois j’ai mis un doigt puis 2ça faisait :flop floppuis elle arrêta de me sucerelle se mit face a moielle me prit les poignets et dit alors :qui est la plus forte? hein mon p”tit chéri?ça te plait ça…hein espece de p’tit salaud?tu l’aimes ta salope de maman?il te plait mon cul?ça fait depuis longtemps que tu en avais envie…hein…maman..tu veux que je t’aides a faire le courses…maman tu veux que je t’ aide a ranger les affaires…et des que tu avais l’occasion t’essayais de me mater…hein..avoue…elle me susurrait dans l’oreilleelle avait vu que je fouillais dans ses affaireselle : je vais te vider les couilles mon p’tit cochon tu vas voire…elle me parlait comme une salope et elle s’est empale sur ma queue elle ma limé pendant au moins 5mnje sentais son con serrer ma bitte son con s’est serre j’ai eu l’impression que ma bite etait dans un etauelle s’est couche sur moi avec toujours ma bitte en elle et adit : alors ça t’a plu?

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32