Belle-Maman (dernière partie)

Mayıs 20, 2022 0 Yazar: admin

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Belle-Maman (dernière partie)Pendant les deux semaines qui suivirent, je n’attendais qu’une chose: partir en vacances pour rejoindre mes beaux-parents, surtout pour revoir belle-maman. Je n’arrêtais pas de repenser à ce que je lui avais fait dans les toilettes. Belle-maman occupait mes pensées, et à chaque fois que je couchai avec ma compagne, je m’imaginai que c’était sa mère que je défonçai. Et je me branlai au moins 2 fois par jour en repensant à cette fantastique journée. Puis vint le jour de départ. 12h de route plus tard, nous arrivions enfin dans la maison de campagne des beaux-parents. Ils étaient déjà là depuis une semaine. Ayant roulé de nuit, j’étais épuisé, et je pensai qu’à aller me coucher. Mais quand Belle-maman ouvrit la porte, je fus complètement réveillé: elle portait son maillot de bain bleu turquoise deux pièces, qui mettait bien en valeurs ses gros nichons, par contre je fus déçu de voir qu’elle portait un paréo à la taille. Et merde, me dis-je, je vais devoir attendre pour mater son cul. Après une sieste bien méritée, j’enfilai mon short de bain et descendit sur la terrasse, pour faire un plongeon dans la piscine. Belle-maman était allongée sur une chaise longue, en train de lire un magazine. Et vu qu’elle était sur le ventre, j’avais une vue imprenable sur sa fantastique paire de fesses.En m’entendant arriver, elle tourna la tête et me fit un grand sourire:- Alors, bien reposé ?- oui, c’est épuisant de rouler comme ça.A force de mater son cul, je commençai à avoir une trique du feu de dieu. Elle s’en aperçut car elle baissa les yeux au niveau de mon maillot de bain, et me fit un clin d’oeil en souriant. Je sautai dans la piscine pour me réveiller et surtout refroidir mes ardeurs. En fin d’après-midi, j’étais alors assis sur la terrasse. Les portes fenêtres étant grandes o ouvertes, j’avais vue sur la cuisine, et la petite buanderie, pièce qui faisait la jonction entre le garage et la cuisine. Belle-maman préparait une lessive. Elle avait revêtit une chemise de nuit à bretelles par-dessus son maillot de bain. Elle défit son haut de maillot, puis abaissa sa chemise de nuit pour l’enlever, laissant apparaitre à l’air libre sa volumineuse poitrine, tout en me souriant. Elle réajusta sa chemise de nuit, puis me tourna le dos, et là, rien que pour mes yeux, elle remonta le bas de sa chemise, et enleva la culotte de son maillot, en se penchant légèrement vers l’avant, me donnant une vue fantastique sur son cul… je me mis à bander instantanément. Elle pris ses fesses à deux mains et les écarta, pour que je puisse voir sa petite rondelle et le bas de ses grandes lèvres. Je me levai pour aller la rejoindre et lui faire quelques attouchements, mais au moment où j’entrai dans la cuisine, ma compagne descendit l’escalier en me demandant si j’allai prendre ma douche. En entendant sa fille, ma belle-mère relâcha son cul et remit sa chemise de nuit en place, comme si de rien n’était. En arrivant dans la salle de bain à l’étage, ma compagne me rejoignit pour prendre sa douche avec moi. Tout excité par le petit show de belle-maman, j’avais une furieuse envie de décharger mes couilles. Cédant à mon envie, je plaquais ma copine contre le mur, lui fait poser les mains dessu et lui ramena le cul en arrière. Je pénétrai son petit minou sans ménagements (elle n’aime pas que je lui mette dans le cul, elle trouve ma bite trop large et ça lui fait mal), et me mis à la ramoner de plus belle. Le bruit de l’eau dans la salle de bain suffit à couvrir ses cris. Je la baisai de plus en plus fort, de plus en plus vite. Je ne me préoccupai pas de la faire jouir, je faisai ça pour relâcher la pression accumulée . Je ne mis pas longtemps à jouir, et je déversai un veritable flot de sperme au fond de sa chatte, ce qui fit arriver ma copine à l’orgasme aussi. Après avoir fini, elle me regarda et me dit:- Eh bien, mon chéri, t’avais une pulsion !- J’en avais envie depuis hier, mentis-je éhontément.La semaine se passa comme ça, rythmée entre les clins d’oeil, petites caresses furtives lorsqu’on se croisait dans la cuisine avec belle-maman, séances d’enlevage de maillot de bain. Il n’était pas rare aussi que, pendant l’apéritif, sur la terrasse, Belle-maman s’amuse à écarter très legèrement les jambes, pour me faire admirer sa petite culotte ( et même une fois, elle ne portait rien en dessous). Résultat, tous les soirs, dans la douche et même dans kaçak iddaa le lit, je pilonnai la chatte de ma copine pour satsifaire mon excitation. Tous les matins, au petit déjeuner, elle portait la robe de nuit qu’elle avait lors de notre journée ensemble, cette fameuse robe qui mettait son corps de déesse grecque en valeur. elle ne portait qu’une culotte en dessous, me laissant voir à loisir le bout de ses mamelles pointer sous le tissu. Je commençais à être frustré de ne pouvoir la toucher, surtout qu’elle multipliai les provocations ( par exemple, ramasser quelque chose par terre en se penchant en avant, toujours en jupe ou en robe, et s’assurant avant de la faire que je me trouvai à portée de vue). Je commençai à me dire qu’il ne se passerait rien pendant mes vacances. Je me trompai…Arriva le lundi. Ca faisait une semaine que nous étions arrivé, et toujours pas de moments d’intimité avec belle-maman. Personellement, je ne crois pas aux miracles, mais ce jour là, il s’en produisit un. En me levant, je fus surpris de voir mon beau-père habillé, en train de se préparer à partir. En me voyant descendre l’escalier, il me dit:- Je te laisse prendre soin de la maison, je dois rentrer à la maison, problème de dernière minute pour les travaux. Vous repartez quand ? me demanda-t-il- Dimanche dans la nuit, pourquoi ?- Je serai pas rentré d’ici là. Tu pourras emmener ma femme dans tes bagages ? me dit-il en rigolant.- Pas de souci. faites attention sur la route !Il nous embrassa, puis partit. Un obstacle en moins, me dis-je en souriant intérieurement. il en reste plus qu’un, mais ça va être beaucoup plus simple pour me retrouver seul avec sa mère.Au petit déjeuner, j’étais assis en face de belle-maman, nous discutions tranquillement tous les trois. Ma compagne se lève pour aller aux toilettes, et une fois hors de portée, Belle-maman en profite pour faire glisser son pied sur ma cuisse, jusqu’au niveau de ma bite. Elle me lance un regard lubrique et me dit tout bas:- On va enfin pouvoir s’amuser…Je manque de m’étouffer avec mon croissant, je tousse, et avant que je puisse répondre, ma compagne était revenue. N’ayant rien prévu pour la journée, je leur proposait d’aller faire une ballade en bateau (j’avais obtenu mon permis quelques mois auparavant).1h30 plus tard, nous arrivâmes au port. Belle-maman et ma compagne étaient déja en maillot de bain, ce qui m’offrit une vue imprenable sur les 2 plus belles paires de fesses que j’avais vu de toute ma vie. après 20 minutes de trajet en bateau, nous décidâmes de nous arrêter, et je mis le bateau au mouillage ( rien à voir avec belle-maman, j’entends d’ici les jeux de mots). L’endroit était très fréquenté par les plaisanciers, mais malgré cela, je fus surpris des paroles de ma copine:- Je vais enlever le haut de mon maillot, on s’en fout, on est entre nous.Et là, Belle-maman qui enchaîne:- Bah moi aussi, tiens. Ca te dérange pas ? me demanda-t-elleComme si ça me dérangeais !!!- Non, pas de souci.Avant de manger, elles décidèrent de se baigner un peu. Quand belle-maman remonta, je lorgnai comme un fou sur ses nichons mouillés, et la fraîcheur de l’eau faisait pointer ses tétons. Je crevai d’envie de la ploter, mais ma compagne était très proche. Après la baignade, nous mangeâmes légèrement, la chaleur ne favorisant pas notre appétit. Ma compagne s’installa sur l’avant du bateau pour un bain de soleil, belle-maman s’allongea dans la cabine, et moi sur la banquette située à l’arrière. Au bout d’un quart d’heure, je me retourne et regarde dans la cabine. Je ne fus pas déçu du spectacle: Belle-maman était assise face à moi, les cuisses écartées, et elle se caressait la chatte à travers son maillot de bain… Je m’approchais tout doucement pour ne pas réveiller ma copine, et j’entrai dans la cabine. en me voyant, elle continua son tripotage en me regardant, et je me mis à lui masser la poitrine. Puis je repoussai ses mains, et écartai sur le côté le bas de son maillot, afin d’avoir un accès direct à son petit bouton d’amour frétillant et tout gonflé. Je me mis à la tripoter intensément, si bien qu’un orgasme arriva rapidement. elle se mordit les doigts pour ne pas crier. Je lui murmurai à l’oreille:- Depuis qu’on est arrivé il y a une semaine, j’ai envie de vous, je pense tout le temps à vous, j’arrête pas de vous mater !- Moi aussi j’en meure d’envie…- J’ai envie de vous prendre, là, maintenant.Elle illegal bahis hésita, puis répondit:-D’accord, mais il faut qu’on soit discret, et qu’on aille vite…Je la relevai, puis la mit à 4 pattes sur le plancher. J’enlevai mon short de bain, puis écartai sa culotte. Ma bite rentra sans problèmes dans sa chatte, tellement elle était trempée. Je me mis à faire des va et vient assez lents, pour ne pas faire tanguer le bateau, mais ça n’en était que plus intense. elle se retenai de gémir, et moi également. Sa chatte était un réél plaisir: elle était bûlante et extrêmement mouillée, une vraie salope. Cela dura plusieurs minutes, elle eut deux orgasmes coup sur coup, car je sentis son corps trembler. J’étais sur le point d’envoyer mon jus au fond de son vagin, lorsque l’impensable se produisit… Je sentis d’un coup la main de ma compagne sur mes couilles. Je tournai la tête, tout en continuant mon ramonage. Elle me fit un grand sourire et dit:- Un coup de main, chéri ?Elle se mit à masser mes couilles, et l’effet combiné à celui de ma bite au tréfond du minou de sa mère, me fit avoir un orgasme monstrueux et je ne puis retenir un cri de plaisir. Je déchargeai plusieurs jets de foutre, mes couilles et ma bite se contractant à chaque tir. Une fois fini, je me retirai de belle-maman, son minou béant avec mon sperme qui dégoulinait. Je ne savais plus où me mettre…- Ma puce, je… euh… je suis…- T’en fais pas, mon chéri, je savais que tu fantasmais sur ma mère !belle-maman se releva et lui dit:- Je suis désolé, c’est juste que…Ma copine l’interrompit:- Ya pas de mal maman, t’en fais pas. Je préfère que ce soit avec toi qu’avec une autre. Et puis, c’est juste du sexe ! Complétement déboussolé, je ressortis de la cabine pour aller me calmer dans l’eau. En remontant, belle-maman et sa fille discutaient et rigolaient comme si rien ne s’était passé. Ma copine me regarda et me dit alors:- La prochaine fois que tu veux baiser maman, dis le moi, ça sera plus simple. Je pretexterai d’avoir besoin d’elle à la maison, et tu pourra te faire plaisir !Ne sachant pas quoi répondre, je changeai de sujet et suggéra de rentrer.J’étais complétement retourné: j’avais été surpris par ma copine en train de défoncer sa mère, et elle le prenait bien ! Et j’avais sa bénédiction pour recommencer ! Pour moi, c’était le monde à l’envers…Je ne dit plus un mot jusqu’au soir. Prétextant la fatigue, je montai me coucher de bonne heure. Je les entendis discuter pendant un long moment. Je fini par m’endormir. En me réveillant, je constatai que ma copine était déja debout. Je m’assis à la table sur la terrasse, lorsque ma copine vint m’embrasser:- Bonjour, mon coeur, bien dormi ?- Oui, oui…Puis ma belle-mère arriva… et m’embrassa aussi sur la bouche:- Bonjour, mon gendre !J’étais sur le cul ! Elle se regardèrent et rigolèrent. Bordel, qu’est-ce qu’elle avaient bien pu se dire, hier ??Après le petit-dejeuner, j’avais besoin de me rafraichir les idées. Je descendit l’escalier pour aller à la piscine, et là, stupeur: Belle-maman tout nue, et ma copine également !-Euh… vous faites quoi, là ?- Bah vu ce qui s’est passé hier, avec ma fille nous avons discuté longuement. Et vu que nous sommes seuls à la maison, on a rien à cacher. C’est peut-être la seule fois où on pourra faire ça, alors on profite !- Oui, et puis comme ça, si on veut s’amuser, plus besoin de se cacher, et aussi d’enlever les maillots de bain !Je me demandai si j’avais bien entendu: en gros, si je voulais baiser ma copine devant sa mère, pas de souci, et si je voulais baiser belle-maman, je pouvais le faire devant sa fille. J’avais l’impression de rêver…J’enlevai mon short de bain, et plongeai dans la piscine. Belle-maman me rejoignit 10 minutes après, et fit quelques longueurs. Ma copine se faisait dorer la pilule au soleil. Mais rien ne se passa durant la matinée. J’evitais au maximum de regarder ma belle-mère, pour ne pas choper une erection intempestive. L’après-midi, j’étais dans le salon en train de lire, ma copine faisait la sieste et belle-maman se reposait dans sa chambre. La maison était calme. vers 14h30, j’entendis la porte du couloir s’ouvrir, et je vis belle-maman dans l’encadrement qui me faisait signe de venir. Je me levai et entrai dans le couloir: elle était toujours nue, et le fait de la voir comme ça me fit bander instantanément.Elle rigola et chuchota:- eh bien, je te fais bahis siteleri de l’effet ! Approche…Elle se colla à moi et m’embrassa tendrement, ce qui intensifia mon érection. Je pris ses fesses à pleines mains et entrepris un massage intensif. en retour, elle s’écarta legèrement et pris mon engin et se mis à me branler très fort. Nous nous allongeâmes sur le lit. Elle se positionna au dessus de moi, et ma bite rentra dans sa chatte d’un seul coup. Elle se mit à aller d’avant en arrière, son vagin enserrant ma bite sans vouloir la lâcher. Nous ne baisions pas, nous faisions l’amour. j’en avais le coeur serré. Puis au bout de quelques minutes, mon instinct bestial repris le dessus: je la retournai en position du missionnaire. J’y allais modérement, pour ne pas envoyer la purée trop vite. Elle gémissait, elle criait, elle prenait son pied. Son clito avait doublé de volume avec l’excitation. Puis je la retournai pour la prendre en levrette, position qu’elle semblait adorer. Et en plein feu de l’action, la porte de la chambre s’ouvrit, ma copine entra et nous dit:- Je peux en avoir un peu, aussi ?- Bien sûr ma chérie, répondit sa mère. Occupe toi un peu d’elle, m’ordonna-t-elle.Avec regrets, je me retirai de son minou et m’allongeais sur le dos. Ma copine se mit à sucer ma bite, pleine de la mouille de sa propre mère. ça avait un coté excitant et dérangeant en même temps. Puis elle s’accroupit sur ma queue et commença à me baiser. Belle-maman me caressait le torse, tout en regardant sa fille prendre son pied. Une idée germa dans mon esprit…- Allez, on change, dis-je. Belle-maman, à 4 pattes !elle se mit en position sans broncher. J’enfonçais ma bite en entier dans son minou, mais juste un coup. Puis en prenant appui sur mes jambes, je mettais le bout de mon gland sur son petit trou, puis m’y insérait doucement, ce qui fit gémir ma proie. Je dis à ma copine:- Mets-toi derrière, pour que tu puisse admirer le spectacle. Et sa mère me dit:- Vas-y, encule moi comme l’autre fois !Je me mis à défoncer son anus comme un forcené, mes couilles claquant sur sa chatte bien ouverte. Je sentais ma copine qui se doigtai comme une petite trainée.Belle-maman criait de plus en plus fort, et je sentais qu’elle allai bientôt jouir. Mes coups de bite se firent plus violent, plus rapide, et belle-maman jouit comme une folle, sa chatte giclant des jets de mouille, son anus se contractant. mais je la bourrinai toujours et criai presque à ma copine:- Voila ce que ça fait quand on se fait enculer !Sur ces paroles, belle-maman envoya une nouvelle salve de jus de chatte sur le lit, qui était trempé. Elle ne criait plus, elle hurlait. C’en était trop pour moi. Je me retirai et j’éjaculais de long jets de spermes, très liquide, sur son trou béant et sa chatte noyée. Et ma copine poussa un long râle, signe qu’elle avait joui également.Nous recommençâmes le soir même, mais cette fois c’est ma copine que j’enculais. Elle n’était pas une femme fontaine, comme sa chère maman, mais elle jouit très fort.Nous avons passé la semaine à baiser tout les trois, dans toute la maison: le plan de travail de la cuisine, la table basse de la terrasse (très sportif ce coup là), la table de la salle à manger, le canapé, les chambres, et surtout la piscine…Nous baisions toute la journée, ne s’arrêtant que pour se reposer. J’en avais mal aux couilles. Tous les jours, belle-maman devait passer la serpillère ou lavait les draps, car elle giclait même de la chatte maintenant. Ca n’arriva qu’une fois à ma copine, mais c’était en petite quantité. Une chose me rassura et me déçut en même temps: elle et sa mère, bien que nous baisions ensemble, elles ne se sont jamais touchées, ou très peu: des petites caresses sur les fesses, ce genre de choses, mais rien de poussé. A part une fois où ma copine a léché furtivement un téton de sa mère, qui lui a fait pareil.Nous repartîmes le dimanche. Belle-maman avait pris place à coté de moi, et elle passa une partie du trajet la main dans sa culotte, et ma copine s’amusa également. ma voiture empestait la cyprine.Nous nous sommes dit au revoir, en espérant remettre ça plus tard.J’ai repris le boulot le lendemain, des souvenirs plein la tête. Depuis, j’ai couché avec belle-maman quelques fois, en inventant des excuses pour la faire venir à la maison, et nous nous amusions bien à 3.Voila, cette histoire est finie. Merci de m’avoir lu, ça m’as fait plaisir de vous raconter cette parenthèse de ma vie. Mais je reviendrai bientôt vous raconter une autre histoire, qui m’arrive en ce moment, toujours avec Belle-maman, mais qui inclut une autre personne. A très vite

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32